Le roi d’Arabie saoudite agrandit encore son palais de Tanger

Previous Next

Le roi d’Arabie saoudite, Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud, a agrandi encore son palais sur la côte atlantique de Tanger, a rapporté le New York Times. Selon le quotidien américain, le palais, sorti de terre à l’été 2015, est situé « derrière un grand mur long de 1500m. Des soldats marocains surveillent l’endroit truffé de caméras de vidéosurveillance ».

salmane-tanger

Pourtant, le gouvernement saoudien applique actuellement une politique d’austérité fiscale en raison de la chute du prix du pétrole, annulant ainsi plusieurs projets estimés à des dizaines de milliards de dollars. L’objectif est de combler le déficit record de l’année 2015, qui avoisine 97 milliards de dollars, précise quant à lui le Daily Mail.

D’après le New York Times, les travaux de construction du palais du souverain saoudien ont été accélérés : « Les ouvriers se sont dépêchés d’achever les pistes d’atterrissage des hélicoptères flambant neufs dans la maison de vacances et ont érigé une tente de la taille d’un chapiteau de cirque, où le roi peut festoyer et divertir son vaste cortège. »

palais-roi-salman-tangier-750

La « demeure préférée » du dirigeant octogénaire est entourée de 1 500 mètres de murs, au pied desquels 30 membres de la garde royale marocaine sont chargés de la sécurité du palais. Des établissements médicaux appartenant au roi Salmane ainsi que des cuisines dignes de grands restaurants ont également été installés, poursuit le Daily Mail.

En août dernier, le monarque à la tête du royaume wahhabite avait fait de la ville du Détroit « la capitale des monarchies arabes », lorsqu’il avait reçu dans sa résidence tangéroise plusieurs chefs d’Etat arabes à l’instar du roi de Bahreïn, Hamad Ben Issa Al Khalifa et de l’émir du Qatar, Tamim Ben Hamad Al Thani.

L’année dernière, le souverain saoudien a séjourné plusieurs semaines à Tanger où il a organisé un mariage féérique pour son fils.

Salmane, une manne pour la ville du Détroit.

Des hôtels réservés en entier, des loueurs de voitures de luxe en extase et des centaines d’emplois. Plus qu’un joli coup médiatique, le séjour à Tanger du roi d’Arabie Saoudite a eu de vraies retombées économiques. Les malheurs des uns font décidément le bonheur des autres. On le sait: le roi Salmane d’Arabie Saoudite a écourté son séjour en Côte d’Azur en France en été 2015 pour se rendre à Tanger.  S’il a constitué un manque à gagner pour les opérateurs touristiques et les commerçants de la localité française où il était initialement installé, le déplacement des vacances du serviteur des lieux saints, et son impressionnante cour, a été accueilli avec joie côté marocain. Au-delà de la stature de l’invité, ce séjour s’est doublé d’une grande dynamique économique dans la ville du Détroit. Pas moins de 800 chambres d’hôtels ont été louées par le roi saoudien. Juste assez pour loger tous les membres de la «délégation» qui l’a accompagné. Certains établissements ont été réservés en entier. C’est le cas du Mirage, un grand hôtel mitoyen du palais du roi Salmane et offrant une belle vue sur la plage Achakkar, nous informe l’Economiste. Les vacances du roi Salmane ont également fait le bonheur des loueurs de voitures de la ville. Priorité aux loueurs de véhicules de luxe qui ont pu amortir leurs coûteuses limousines et grandes voitures (de grandes marques, naturellement). Quelque 200 véhicules de ce genre ont ainsi été mobilisés pour les déplacements du roi et de sa cour. A cela s’ajoutent des centaines d’emplois saisonniers. Agents d’entretien et de services, gardes du corps, jardiniers… tout y est passé.

On espère seulement que les folies expansionnistes du roi Salmane autour de son actuel Palais de Tanger n’atteindront pas le restaurant L’Océan de Philippe Morin et La Piscine pour en faire leur cantine d’été…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

One Response to "Le roi d’Arabie saoudite agrandit encore son palais de Tanger"

  1. JeanM  30 décembre 2016 at 10 h 04 min

    Ne pas oublier que ce mur gigantesque a gâché la vue des habitants les plus proches, et que l’accès à la plage a été interdit sur une très grande longueur même en l’absence d’habitants dans le palais (11 mois sur 12). Malgré la « surveillance » le vol de sable continue sur cette plage, y compris devant l’Océan et la Piscine, au point que la plage disparait peu à peu et que la mer arrive déjà souvent en lisière du palais. Les ruines de Cotta sont également rendues inaccessibles.

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.