Le roi "Juba II" à Tanger

Zakya Daoud, journaliste spécialiste de l’histoire du Maroc, viendra conter le superbe parcours de JUBA II, roi, savant et mécène à la librairie les insolites le vendredi 5 décembre 2014 à partir de 19h00. Une grande page d’histoire à ne pas manquer…

Voilà le destin d’un grand roi berbère dans le Maghreb pré-islamique. JUBA II, dernier roi de Maurétanie, est à lui seul un véritable phénomène.

Curieux et inventif, c’est grâce à lui que Lixus (actuelle Larache) vit la création d’une industrie de salaison, que la canne à sucre, l’huile d’olive et l’hévéa furent développés.

Par son intelligence, il réussit à tenir son pays à l’abri des convoitises romaines et des intrigues. A sa mort, le Maroc tombera sous la férule romaine.

Juba II, le sens de la démocratie et l’attention au peuple.

C’est après la défaite de Juba I que César fait une entrée triomphale à Zama. Dans l’habitation de l’Aguellid (roi berbère) défunt, ‘il décide du partage de l’Afrique et du sort de la famille royale. Agé d’à peine cinq ans, Juba II est envoyé en otage à Rome où il figure, par la suite, au triomphe de César derrière Vercingétorix de Gaule et Arsinoé, sœur de Cléopâtre d’Égypte.

Nous ignorons ce qu’il advient des autres membres de la famille de Juba, toujours est-il, que Juba II est élevé dans une captivité par Calpurnia, très proche de César… Octave lui accorde le droit de cité romaine et Juba prend alors les noms et prénoms de son protecteur: Gaius Iulius et les transmettra plus tard à ses affranchis, mais il s’abstiendra de le porter après avoir reçu le titre de roi.

Il participe probablement à la campagne d’Orient de 31 à 29 contre Cléopâtre et Marc Antoine, et sûrement à celle d’Espagne de 26 à 25 où Octave apprécie sa fidélité et son adresse. C’est au retour de cette campagne qu’il reçoit en récompense une partie des États de Bocchus et Bogud en plus de ce qu’il restait du royaume de son père.

À la sixième année de son règne, en 19 av. J.-C., il épouse Cléopâtre Séléné (la gréco-égyptienne), fille de Cléopâtre reine d’Égypte et de Marc Antoine, qui avait été élevée avec son frère jumeau Alexandre Hélios par la sœur d’Octave. C’est Octavie, épouse répudiée de Marc Antoine, qui avait élevé Juba II. Cléopâtre Séléné couronnée à son tour en raison de son ascendance maternelle est officiellement associée au pouvoir sans qu’il y ait toutefois partage territorial d’autorité. Ce territoire, malgré certaines amputations au profit des colonies romaines, s’étend donc de l’Atlantique à l’ouest, à l’embouchure de l’Ampsaga (Oued el kebir) à l’est et comprend les régions de Sétif au sud ainsi qu’une partie des territoires des Gétules du sud-est algérien et tunisien.

Le rétablissement de ce vaste royaume, supérieur en superficie à celui de Massinissa dans ses grands jours, ne constitue pas pour autant un recul dans la politique coloniale romaine. Il marque seulement une pause. Auguste abandonne moins à Juba la propriété que l’usufruit de son royaume, disposant des territoires, les divisant, les morcelant à sa guise, sans que le roi numide ne manifeste la moindre résistance, tellement son esprit, par l’éducation qui lui avait été dispensée, était obnubilé par l’obéissance à Rome.

Mais son fond berbère ne disparut pas, et Juba II s’intéresse tout de même à ses origines et à l’étude du libyque et du punique, langues de culture de ses ancêtres. En renonçant à l’annexion de la Maurétanie, l’empereur sait ce qu’il fait : avec Juba II à la tête de ces vastes territoires où se sont enracinés de nombreuses colonies romaines indépendantes du roi, il peut, sans crainte, confier l’administration des indigènes à un chef « indigène » qui, plus habilement que des fonctionnaires romains, saurait maintenir la paix. L’Afrique continue donc à pourvoir Rome de ses produits divers en général et agricoles en particulier.

Les Grecs lui érigèrent une statue auprès de la bibliothèque du gymnase de Ptolémée à Pausanias. Son règne est marqué par son sens de la démocratie et l’attention qu’il eut pour son peuple.

Son fils et successeur Ptolémée de Maurétanie poursuit en partie la politique de son père, mais n’héritera pas des vertus de celui-ci.

A propos de Zakya Daoud

Zakya Daoud, de son vrai nom Jacqueline Loghlam, née David, est une journaliste et écrivaine franco-marocaine1, née en France en 1937 à Bernay en Normandie. Elle a obtenu la nationalité marocaine en 1959.

Zakya Daoud débute sa carrière journalistique en 1958 à la radio marocaine puis correspondante au Maroc de l’hebdomadaire « Jeune Afrique ». À la demande de l’hebdomadaire africain, Jacqueline Loghlam signait ses articles sous le pseudonyme de Zakya Daoud, un nom d’emprunt qui devient plus tard son nom d’usage.

En 1966, elle devient rédactrice en chef de Lamalif, une revue marocaine d’études et de réflexions, jusqu’à l’interdiction du titre en 1988 par les autorités marocaines. De 1989 à 2001, Zakya Daoud contribue à plusieurs publications françaises notamment Maghreb-Machrek, Arabies et Le Monde diplomatique.

Espace les insolites
28, rue Khalid Ibn Oualid – Tanger
Tel: 05 39 37 13 67

6 Responses to "Le roi "Juba II" à Tanger"

  1. TOZ  18 mars 2018 at 12 h 22 min

    Je comprends maintenant pourquoi Juba 2 roi de la Maurétanie césarienne ( Césarée aujourd’hui Cherchell sa capitale en Algérie) , né à Hippone ( Algérie ), mort à Tipaza ( Algérie ) qui a aussi régné sur l’actuel Maroc est pris pour un roi marocain ! Zama pour info, se trouve en Tunisie, pas au Maroc. Votre article ment par omission. Et le livre doit êytre dans lameême veine.

    Répondre
  2. Zak  6 avril 2018 at 18 h 11 min

    Zakya vous fait expres d’omettre le mot Algérie, votre haine viscérale contre notre pays vous a trahi! Tout le monde sait que Juba II est un numides, actuellement l’Algérie pourquoi versez-vous dans le vague en parlant de Maghreb alors qu’il n’existait ni Maghreb ni Maroc ni Algérie a cette époque? Vraiment incroyable votre analyse propagandiste!

    Répondre
  3. med  13 avril 2018 at 14 h 43 min

    donc Juba II est devenu un roi marocain !!
    sérieusement , j’ai essayé de trouvé c’est quoi la relation entre le maroc et juba II mais je n’ai trouvé aucune.
    en effet :juba II
    1- né à Hippone actuellement Annaba ( Algérie )
    2-fils d’un roi Numidien
    3-nommé par Rome comme un roi sur un vassal appelé maurétanie césarienne ( actuellement Algérie)
    4-gouvernait depuis sa capitale Césarée actuellement Cherchel Tipaza ( Algérie )
    5-mort et enterré à Cherchel Tipaza ( Algérie )
    qlq pourrait m’expliquer comme il est devenu marocain ???

    Répondre
  4. Kamel  10 janvier 2019 at 22 h 31 min

    Grâce à la propagande il est devenu marocain

    Répondre
  5. timgad  21 février 2019 at 21 h 52 min

    tapez sur google: (quel est le pays le plus malhonnête) vous ne serez pas surpris c’est bien le Maroc. Ce pays qui ne s’arrête pas de voler la culture et l’histoire du peuple Algérien

    Répondre
  6. Syphax  4 mai 2019 at 13 h 19 min

    Mdr ils ont pas d’histoire les marocain ont été civilisé par un Irakien au nord et des Mauritanien au sud
    Ils volent nos rois
    Ils disent même que l’émir abdelkader était un Marocain aucun visage
    Concentrez vous sur vos rois negroide ne salissez pas nos roi Numide

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.