« Tanger d’hier et d’avant hier » sur une idée de Giancarlo Petri.

Découvrez le « Tanger d’hier et d’avant hier » dans un montage du regretté Giancarlo Petri (parti en février 2017) fait d’images d’archives et de cartes postales d’époque qui nous a été adressé par la Fondation Lorin. Nous avons aussi joint sa fille Jessica, qui nous a fait passé un texte sur, feu, son père…

Film de Giancarlo Pétri

Le montage réalisé par Giancarlo Petri est une belle balade historique et nostalgique dans le passé de Tanger. On reconnait encore beaucoup de lieux qui ont à peine changé et d’autres que l’on ne reconnait vraiment plus, que le développement galopant de la Cité du Détroit a gommé.

Régalez-vous de ces images rares

 

A propos de Giancarlo Petri

HOMMAGE A GIANCARLO PETRI – 21 FEVRIER 2017

Giancarlo Petri et son épouse
Giancarlo Petri et son épouse Martine

Giancarlo Petri nait le 29 juillet 1939 dans la zone à l’époque neutre et internationale de Tanger, petit paradis, havre de paix où régnait un parfum envoûtant, mélange d’essences méditerranéennes de pin, ciste, lauriers, eucalyptus et où les cigales se plaisaient à offrir un concert ininterrompu reprenant sans cesse cet air si chaud de l’été, juste avant que le canon ne commence hélas à tonner lourdement en Europe…

Son grand-père était arrivé à Tanger en 1869 et y avait monté un comptoir commercial, la Ditta Achille Petri, sise en face du port, agence maritime représentant entre autres toutes les compagnies italiennes et qui connut une très large expansion et entraîna le plus grand respect de la part de toutes les communautés de la place, tout comme la Famille Petri, famille nombreuse. Les parents de Giancarlo: Carlo et Josefina eurent de leur côté 7 enfants: Avellina Leluca, Giorgio, Bibi (décédés), Giannella toujours à Tanger, Vittorio et Giancarlo (à présent décédés), et Bruno à Florence. Sans compter les nombreux oncles, tantes, cousins, cousines…

Giancarlo fit toutes ses études dans le cadre féérique de l’Ecole Italienne, l’ancien palais du sultan Moulay Hafid, qui avait été acheté par l’Italie et portait le nom de Palais des Institutions Italiennes (Dante Alighieri, Chambre de Commerce, Hôpital, Ecoles). Avec le cosmopolitisme international de la ville, qui elle aussi poussait miraculeusement, Giancarlo fréquentait des “copains” de toutes les nationalités et religions, des autres écoles marocaines, françaises, espagnoles, américaines, les Légations diplomatiques de nombreux pays, Tanger ayant été pendant de longues années la capitale diplomatique du Maroc et de la Mauritanie-Tingitane romaine dont certains vestiges demeurent, sans compter les phéniciens… Il y avait les églises françaises, espagnoles, italiennes, anglicane, sans compter les mosquées et les diverses synagogues…. 110 banques participaient activement aux mouvements commerciaux, le port connaissait un trafic en augmentation constante, les cinémas projetaient des films en plusieurs langues car on y parlait arabe, français, espagnol, anglais, italien, portugais, hindi, allemand, néerlandais, russe, yiddish etc…

Les monnaies légales locales étaient le franc marocain et la péséta espagnole, mais toutes les autres monnaies circulaient librement ce qui fit de Tanger une place forte financière renommée où les produits de tous les pays étaient facilement accessibles, notamment les belles américaines, mais aussi françaises, anglaises, allemandes, italiennes, tchèques et leurs homologues côté cigarettes, plus+ turques, égyptiennes et russes.

Dans cette ambiance exceptionnelle, Giancarlo acquit une habilité, un don de la communication et un savoir-faire hors-cadres, qui le projetèrent dans la vie, avec son côté ouvert, sympathique, souriant, honnête, bon qui lui ouvrit toutes les portes et l’estime de tous…

Giancarlo, sa soeur Bibi, Bruno participaient à toutes les régates du Yachting Club et raflaient régulièrement les trophées à la stupéfaction des concurrents.

Sa vie professionnelle se poursuivit à Casablanca avec la compagnie italienne d’hydrocarbures Agip, puis en France. Néanmoins il participait toujours avec grand plaisir aux diverses réunions retrouvailles organisées par les anciens élèves des diverses écoles et demeurait un moteur essentiel et un lien parmi eux tous.

Son épouse Martine et ses deux filles Jessica, Floriane, avec leurs enfants Raphaël et Clément ont toujours été très proches de lui, de façon remarquable, et nous tenons à les en féliciter et remercier bien sincèrement tout en leur présentant ainsi qu’à la Famille nos sincères condoléances, notre sympathie, partageant leurs deuil et douleur.

Giancarlo restera toujours un modèle pour nous tous, nous ne l’oublierons jamais, et maintenant, du vrai paradis, il pourra nous aider encore mieux…

Arrivederci Giancarlo!

Ragnvald NilsenRagnvald Nilsen,
Président
Association Malabata
des Anciens Elèves
de Tanger,

Leave a Reply

Your email address will not be published.