Mon premier voyage avec « Al boraq » entre Tanger-Rabat en 1h20…

Quand on connait le Maroc depuis longtemps, l’idée d’aller de Tanger à Rabat en 1h20 et à Casablanca en 2h10 relève de la science fiction, enfin presque… Eh bien, aujourd’hui, c’est une réalité et nous l’avons expérimentée… Départ 9h55, arrivée 11h15.

Le TGV au départ de Tanger
Le TGV de 9h55 au départ de Tanger

Quand en 2007 l’idée de LGV et de TGV est sortie des cartons au Maroc, c’était une utopie, objet de nombreuses controverses avec les pour et les contre comme pour tout projet innovant et mobilisant de gros investissements surtout dans un pays où règne encore beaucoup de pauvreté.

La nouvelle gare TGV de Tanger-Ville
La nouvelle gare TGV de Tanger Ville

Puis, petit à petit on a vu le projet s’affiner, des travaux se mettre en place. La nouvelle gare de Tanger est sortie de terre, la ligne à grande vitesse de 400 km a relié Tanger à Casablanca, une grande unité de montage et de maintenance est née dans les faubourgs de Tanger pour assembler les rames du TGV, la construction des grands ouvrages d’art, puis les premiers essais roulants dynamiques, l’extension de la gare de Tanger en gare TGV puis de nouveaux essais et commentaires et enfin l’inauguration de la ligne par le roi Mohammed VI et le Président Macron le 15 novembre 2018.

Expérimentation du 2 mars.

Aujourd’hui, j’ai expérimenté la ligne avec Thierry, un ami français, en partant ce matin à 9h55 de Tanger pour Rabat via Kénitra avec le projet d’une visite au Musée Mohammed VI. Un restau sympa avenue Mohammed V, un petit tour au Souk Sebbate et au bord de l’océan. Retour à la gare de Rabat Agdal dans un bus délabré (le parc sera bientôt remplacé par des bus neufs de la compagnie Alsa) vers 17h30 pour un retour sur Tanger à 17h45 et une arrivée à 19h10…

Avec nos deux billets à 374 Dh AR en classe 1, l’aventure va commencer.

187 DH pour aller de Tanger à Rabat en 1h20
187 Dh pour aller de Tanger à Rabat en 1h20, pas mal, non…

Arrivée 30 mn avant le départ à la gare de Tanger Ville et dépose de la voiture dans le parking très pratique juste en dessous des voies, coût d’une journée 40 Dh.

Le TGV Tanger-Rabat de 9h55

Après le passage du contrôle devant un personnel très stylé et bien habillé nous voilà sur le quai numéro 5 devant le monstre « Al Boraq » qui va nous transporter à Rabat à la vitesse de l’éclair.

« Al boraq »,  signifie le cheval ailé (Pégase) qui a transporté le prophète Mahomet de La Mecque à Jérusalem ou l’éclair en arabe…

Al Boraq, qui transporta le profète...
Al boraq, qui transporta le prophète…

Nous prenons possession de nos places en voiture 1. Le TGV démarre dans un silence religieux. Les passagers, même les habitués, sont sous le charme et dans l’étonnement. Nous aussi!

Ensuite direction la voiture Cafeteria pour un kawa, sentir l’ambiance et regarder le paysage défiler à vitesse grand V.

Cafeteria du TGV
Cafeteria du TGV
Voiture Cafeteria
Voiture Cafeteria

Sous nos yeux français défilent des paysages que l’on n’a pas l’habitude de voir aller si vite, la banlieue et la campagne Tangéroise, les ânes et les mules sur les chemins qui bordent la voie, les dunes de Larache, le bleu de l’océan atlantique, les voitures presque arrêtées sur l’autoroute, les mosquées… 50 minutes après stop à Kénitra.

Stop à Kénitra
Stop à Kénitra

Puis on repart dans un défilé de verdure, de routes, de villages, de prairies enrubannées dans des serres sous plastique qui vont alimenter les villes marocaines et l’Europe en fruits et légumes…

Paysage de culture avec les serres recouvertes de plastique
Paysage de culture avec les serres recouvertes de plastique

Arrivée à Rabat Agdal à 11h15, la grande belle gare TGV est encore en aménagement de ses commerces.

Gare TGV de Rabat Agdal
Gare TGV de Rabat Agdal
La nouvelle gare de Rabat Agdal
La nouvelle gare de Rabat Agdal

Petit taxi pour le Musée Mohammed VI d’Art Moderne & Contemporain, à voir pour comprendre la scène picturale marocaine…

Musée Mohammed VI à Rabat
Musée Mohammed VI à Rabat
L'océan à Rabat
L’océan à Rabat

Je vous passe les détails de la journée et du retour…

L'intérieur de la gare de rabat Agdal
L’intérieur de la gare de Rabat Agdal
Le contrôleur dans son bel uniforme
Le contrôleur dans son bel uniforme

Nous sommes arrivés à Tanger à 19h10 comme prévu, enchantés de cette expérience que l’on ne saurait trop vous recommander.

De retour à Tanger à l'heure prévue...
De retour à Tanger à l’heure prévue…

Côté pratique et tarif, plus on s’y prend à l’avance et moins c’est cher. En promotion on peut aller de Tanger à Casablanca pour 99 Dh, 9 € en 2h10!

9 allers-retours chaque jour Tanger-Casablanca-Tanger de 5h55 à 20h55.

Pour tout savoir sur Al Boraq : www.oncf-voyages.ma

Paul Brichet

Le TGV marocain en huit chiffres étonnants.

Lancé officiellement en 2007 en présence de Mohammed VI et Nicolas Sarkozy, le projet a vu ses travaux débuter en 2011. Mais ceux-ci ont pris du retard à cause des procédures d’expropriation puisque la mise en service initiale était prévue en décembre 2015. La dernière ligne droite avant sa mise en service commerciale programmée au deuxième semestre implique la réalisation d’essais d’homologation du TGV et son rodage au premier semestre 2018.

C’est aussi l’aboutissement d’une coopération étroite franco-marocaine au plus haut niveau puisque l’État français s’est engagé financièrement à hauteur de 51% de l’investissement global du projet LGV Maroc. Dans la foulée, les entreprises françaises ont été fortement impliquées (SNCF, Egis, Systra, Cegelec, Ansaldo, Engie et Colas Rail) en plus de la fourniture des rames TGV par Alstom. La SNCF est associée dans une coentreprise avec son homologue marocain, l’ONCF (office national des chemins de fer) à la construction d’un atelier de maintenance des TGV à Tanger-Moghogha. Voici les chiffres les plus étonnants d’un projet ferroviaire de plus de dix ans.

  • 2h10. La future LGV reliera depuis Tanger, Rabat, la capitale politique du pays, en 1h20, au lieu de 3h40 actuellement et Casablanca, la capitale économique, en 2h10, au lieu de 5h00 aujourd’hui.  Le TGV dessert quatre villes, à savoir Tanger, Kénitra, Rabat et Casablanca.
  • 200 km. C’est la longueur de la LGV qui sera exploitée à la vitesse commerciale de  320 Km/h entre Tanger et Kénitra. Sur cette distance rouleront à cette vitesse les 12 rames TGV duplex livrées par Alstom entre 2015 et 2016.
  •  2 milliards. C’est le coût total en euros du projet de LGV. L’État français s’est engagé sur un financement à 51% au moyen de différents prêts dont un accordé par l’agence française de développement de 220 millions d’euros. Ce coût représente une enveloppe environ 15% plus élevée que l’estimation initiale de 1,8 milliard d’euros, calculée en 2007 lors du lancement du projet.
  • 15 jours. C’est le délai de réservation à partir duquel le billet de TGV pourra coûter moins cher qu’actuellement sur le réseau ferré marocain. « Les voyageurs paieront moins que maintenant s’ils prennent leurs tickets 15 jours à l’avance, et s’ils évitent le sillon de 8h du matin pour prendre celui de 11h ou midi » selon les déclarations de Rabi Khlie, PDG de l’ONCF (office national des chemins de fer) au site marocain leconomiste.com. Autrement dit, certains billets du futur TGV pourront être moins chers que les 9 euros (101 dirhams) d’un trajet Tanger-Rabat de 308 km effectué en 3h40 actuellement sur la ligne ferrée classique. Ce sera sans conteste le TGV le moins cher du monde. Et même si la hausse moyenne du futur billet de TGV avoisinera 30% par rapport au tarif du train longue distance marocain, selon les déclarations le directeur de l’ONCF à Jeune Afrique, un billet de TGV Tanger-Rabat coûtera ainsi moins de 12 euros pour relier ces deux villes distantes de 310 km en 1h20.
  • 9 millions. Ce sera le coût de revient au kilomètre (neuf millions d’euros le km) du TGV marocain, bien loin du standard européen de 20 millions d’euros le km pour la récente ligne TGV Tours-Bordeaux en France. « Le Maroc est en train de bâtir la LGV aux standards européens la moins chère du monde » n’hésitait pas à déclarer au Monde, il y a un an, le directeur général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie.
  • 700.000. C’est le nombre de traverses posées sur les 800 kilomètres de nouveaux rails posés (2×400 km). Il a fallu placer 4 tonnes de ballast par mètre de ligne LGV soit au total 1600 tonnes de ballast, poser 7400 poteaux caténaires et créer 2 sous-stations électriques. En terme d’ouvrage, ce sont 12 viaducs, 169 ponts-routes et ponts-rails et plus d’une centaine d’ouvrages hydrauliques, qui ont été construits.
  • 3,5 km. C’est la longueur total du viaduc El Hachef au sud de Tanger. Il s’agit du plus long viaduc (3,5 km) de la ligne destiné à la très grande vitesse (320 km/h). Cet ouvrage d’art a dû résoudre plusieurs contraintes techniques. Une zone marécageuse a nécessité de creuser des pieux profonds de 70 mètres pour assurer la stabilité du pont. L’existence d’une faille sismique a requis des amortisseurs sur les piles du viaduc et des vents violents fréquents atteignant 80 à 100 km/h seront surveillés par des capteurs. Le viaduc a nécessité un investissement de 1092 millions dirhams (100 millions d’euros).
  • 6 millions. C’est le nombre de voyageurs par an en vitesse de croisière visé au bout de trois ans d’exploitation commerciale de la future LGV. Ce sera un doublement par rapport aux 3 millions de personnes transportées actuellement sur la ligne ferroviaire traditionnelle.

Sources BFM Business

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.